Event 

Title:
ARÉTHUSE DUO PIANO-VIOLON
When:
24.10.2021  at  12.00 h
Style:
Classical   
Price:
15€ (10€ for students under 26 and jobseekers)
Reservation:
Click here
ARÉTHUSE DUO PIANO-VIOLON

Description

Gabriele Mazzon et Julien Lejeune sont les deux fondateurs d’ Aréthuse Duo; formé au Conservatoire Royal de Mons, il se compose d’un violiniste italien et d’un pianiste belge.
Ils ont été suivi par Shirly Laub, Eliot Lawson et Luc Dewez.
Le duo se produit sur la scène belge et italienne, comme à l'Academia Belgica de la Villa Borghese à Rome, ou encore Arsonic à Mons ainsi que pour le Festival five O’clock d’Enghien.
Le nom du duo tire son inspiration de l’oeuvre “Mythes” de Karol Szymanowski (1882-1937), oeuvre régulièrement joué par le duo. Dans la mythologie grec, Aréthuse était une nymphe et fille de Nereus – qui s’enfui de sa maison en Arcadie sous la mer et se métamorphosa en une fraîche fontaine d’eau sur l’île d’Ortygia en Syracuse, Sicile.

Gabriele Mazzon est un violoniste italien né en 1995 en Padova.
Il a étudié au Conservatoire A. Steffani de Castelfranco Veneto en Italie où il a obtenu la plus haute mention, et il a décroché ensuite avec distinction son Master de violon au Conservatoire Royal de Mons - ARTS2 avec le M° Eliot Lawson et Wibert Aerts. Il étudie actuellement au Conservatoire Royal de Bruxelles avec Shirly Laub et Frédéric d’Ursel.
Pendant sa formation, il a également étudié avec Ilya Grubert à Fondazione Musicale Santa Cecilia en Italie, Elina Vahala à Hochschule Fur Musik Karlsruhe et a suivi des masterclass avec Ivry Gitlis, Elisabeth Perry, Igor Volochine, Vineta Sareika et Chouchane Sironossian .
En 2018, il a remporté l'audition pour le Jeugd Antwerp Simphony Orchestra (ASO) et pour le Nationaal Jeugd Orkest (NJO), et in 2020 est sélectionné pour Young Belgian Strings.
Il a collaboré avec plusieurs orchestres en Italie et Belgique: Boho Strings Orchestra d'Anvers, "Ataneres Ensemble" à Louvain et "Chapelle Musicale de Tournai ”à Tournai, “Assai Symphonia” à Asselth.
Il a fondé avec le pianiste Julien Lejeune le Duo Aréthuse, ainsi que le Ensemble Hellens, un projet dédié à la musique belge.
Il a aussi étudié à l'Université de Padova à la faculté d'Histoire et de Musicologie.
 

Julien Lejeune est un pianiste belge né en 1987 à Charleroi. Il commence la musique dès l’âge de 7 ans à l’académie de musique de Ransart puis plus tard au conservatoire de Charleroi.
En septembre 2004, Julien débute son parcours musical professionnel en piano dans la classe de Rosella Clini, de Thomas Paule et Alexander Mogilevsky au sein du Conservatoire Royal de Mons (actuellement arts²). Durant ses études, Il rencontre bon nombre de professeurs et maîtres de renommée internationale lors de master-classes : Nelson Delle Vigne, Jun Kanno, Teresa Trevisan, Flavio Zaccarian, Christopher Elton et Stéphane Lemelin. Julien termine le master spécialisé en 2012 avec la mention grande distinction. En 2013, il est diplômé de l’agrégation avec mention grande distinction.
En 2016, il reprend un nouveau master en piano d’accompagnement dans la classe d’Eugène Galland. Cette période apporte bon nombre de nouvelles collaborations artistiques tant en accompagnement qu’en musique de chambre. Julien rencontre de nouvelles personnalités de renom comme Alexander Gurning et lors de master-classes telle que Chouchane Sironossian, Inge Spinette et Pablo Galdo (Yasar Université, Turquie) Aujourd’hui, Julien se consacre à la pédagogie, l’accompagnement et la musique de chambre. Par ses différentes productions artistiques, il a joué en Italie, en Norvège, en France, en Belgique et en Turquie.
 

Gabriele Mazzon et Julien Lejeune sont les deux fondateurs d’ Aréthuse Duo; formé au Conservatoire Royal de Mons, il se compose d’un violiniste italien et d’un pianiste belge.
Ils ont été suivi par Shirly Laub, Eliot Lawson et Luc Dewez.
Le duo se produit sur la scène belge et italienne, comme à l'Academia Belgica de la Villa Borghese à Rome, ou encore Arsonic à Mons ainsi que pour le Festival five O’clock d’Enghien.
Le nom du duo tire son inspiration de l’oeuvre “Mythes” de Karol Szymanowski (1882-1937), oeuvre régulièrement joué par le duo. Dans la mythologie grec, Aréthuse était une nymphe et fille de Nereus – qui s’enfui de sa maison en Arcadie sous la mer et se métamorphosa en une fraîche fontaine d’eau sur l’île d’Ortygia en Syracuse, Sicile.


G.A. FANO, the “Little Pollini”

Ce projet prend son inspiration sur le compostieur Guido Alberto Fano né le 18 mai 1875 à Padua (Venise), lieu de naissance de Gabriele. Son  premier  professeur  de  musique,  Vittorio  Orefice  (Padua  1857 –  1919),  reconnu rapidemment ses  dons  musicaux  et  l’orienta  vers  l’étude  du  piano  et  de  la  direction.  En  l’année  1891,  Fano poursuis  sa  formation  en  piano  et  harmonie  sous  l’aile  du  grand  virtuose,  Cesare  Pollini  (Padua 1858 – 1912), qui présidait le Liceo Musicale de Padua. En  1894, après  avoir  vainement  tenté de  poursuivre ses  études  étà  l’étranger,  Fano alla étudier avec Giuseppe Martucci, directeur du liceo Musicale de Bologna. En 1897 il est diplômé« cum laude » en composition et plus tard fit sa première tournée à travers l’Allemagne, il découvrit le monde musical de l’Europe Central qui a profondément marqué son professeur. C’est ainsi, en Allemagne que Fano rencontra l’incroyable pianiste et compositeur Ferruccio Busoni  qui  écrivit  ceci  après  le  concert  du  jeune  Fano  : “un  des  plus  talentueux  et  des  plus intéressants  compositeurs  contemporains”.  Dans  les  faits,  Guido  Alberto  Fano  est  maintenant considéré comme l’un des principaux compositeurs de sa génération “dell’Ottanta” (génération de 1880) qui inclus Respighi, Casella et Castelnuovo-Tedesco. Le  programme  que  nous  vous  proposons  s’appuie  sur  la  connexion  de  ces  deux  pianistes virtuoses  et  incroyables  compositeurs  du  répertoire  italien.  Nous  vous  invitons  à  découvrir  les compositions  écrites  pendant  ses  études  sous  la  tutel  de  Pollini,  qui  nota “son  extraordinaire maturité musicale”.Pollini  introduisa  son  protégé  dans  le  cercle  intellectuel  de  Padua,  composé  de  grandes figures italiennes et étrangères. C’est dans ces années que Fano composa la Fantasia sonata (1893) dédicacé  à  Pollini,  ainsi  que Pagine d’Album, “feuilles d’album”,  (1894) pour violon et piano.  A
cette  période,  Fano  joue  régulièrement  en  duo  avec  violon,  notament  avec  Antonio  Bazzini  et  son étudiante, Olga De Prosperi ainsi qu’Emilio Pente. La Fantasia  Sonata  pour  violon  et  piano  partage  des  traits  communs,  dans  le  langage,  le style et la forme avec la sonate en sol mineur opus 1 d’Ermanno Wolf-Ferrari, et les sonates op. 29 et op. 36 (toutes deux en mi mineur) de Ferruccio Busoni. Ces pièces sont en directes lignés avec le romantisme  tardif  allemand  et  contribue  au  milieu  du siècleà  réaffirmer  la  musique  instrumentale en Italie, cette dernière étant dominé par l’opéra. La Fantasia Sonata a langui dans l’oubli pendant près  d’un demi-siècle. Durant l’éte 1941, tragique période pour Fano et sa famille, contraint de se cacher  afin  d’échapper  à  la  déportation  Nazie,  le  compositeur décide  de réviser  et  composer  un nouveau final pour une réeditioncompète de la sonate. La deuxiéme sonate pour violon et piano op.36  de  Ferruccio  Busoni, composée  en  1898  et publiée en 1901, étaitdéfini par le même auteur de l’opus 1, comme la première œuvre qui possèdesa propre esthétique. D’après la page de titre d’une esquisse de la sonate, le titre était originellement « Sonata / Quasi una fantasia »  (quasi  une  fantaisie),  faisant  allusion à  Beethoven.  L’autre  grande inspiration vient de J.S. Bach : le cœur de la sonate prend son inspiration dans le Choral-Lied “Wie wohl ist mir, O freund der Seelen”, qui téimogne de la naissance d’un lien fort entre Bach et Busoni qui caractérise tout le modus operandi du compositeur toscan. C’est très particulier que la premièreexécution italienne de l’œuvre fut exécutée par G.A. Fano au piano et Romeo Franzoni au violon le 4 juin 1906 à Parma. Pour  finir,  afin  de  mieux  connaitre  G.A.  Fano,  nous  devons  lire  et  comprendre  l’une  des pensées  les  plus  importantes  du  compositeur  vénitien  : “L'idéalité est  un  art  ;  son  objectif  est d'insuffler  dans  la  musique  un  nouvel  esprit  et  une  nouvelle compréhension”.  Ainsi  commence l’essai  de  Guido  Alberto  Fano, “Nella  vita  del  ritmo”  (dans  la  vie  du  rythme).  Il  y  exprime  son idéal de compositeur, il converse, de façon oblique, sur sa dévotion personnelle à la musique de par laquelle  il acquiére  une  reconnaissance  de  sa  stature  créative,  son intégrité  culturelle,  son  talent
organisé,  et  fait  de  lui  une  figure  majeure  de  son  temps  ainsi  qu’une  vedette  de  sa génération  de 1880.


Art Base, Sunday 24/10/21 12h, 15E ( reduced 10E for students under 26 and jobseekers),
29 rue des Sables Zandstraat, 1000 Bruxelles. For reservations & more info to www.art-base.be

Samples and videos





Mailing list subscription

Write your email here:

Agenda

April 2021
 Mo  Tu  We  Th  Fr  Sa  Su 
     1  2  3  4
  5  6  7  8  91011
121314151618
1920212325
2627282930  
May 2021
 Mo  Tu  We  Th  Fr  Sa  Su 
     
  3  4  5  6
101113
1718192223
24252627282930
31      
June 2021
 Mo  Tu  We  Th  Fr  Sa  Su 
   1  2  3  4  5  6
  7  8  910111213
14151617181920
21222324252627
282930    
July 2021
 Mo  Tu  We  Th  Fr  Sa  Su 
     1  2  3  4
  5  6  7  8  91011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Free template 'Colorfall' by [ Anch ] Gorsk.net Studio. Please, don't remove this hidden copyleft!